A l’heure où les artistes d’un soir vont se reposer du sommeil du juste, d’autres allument leur ordinateur afin de poser les mots justes et trier les photos… A chacun son job ! En l’occurrence les brestois n’ont pas faillit à la tache et le public n’a pas lésiné en terme d’encouragement. Cette soirée a eu la saveur particulière de la victoire qu’il ne fallait pas laisser s’échapper. Construite dans la douleur la victoire des Ruz-ha-Gwenn ne souffre d’aucune contestation. Les réalisations de Julien Faussurier (10) et Jean-Charles Castelletto (45) ont contrecarré les espoirs d’une domination messine qui butte sur un groupe finistérien très bien positionné..

Cette défense, parlons en ! Elle réalise son difficile labeur de chaque instant. Lorsque les lignes sont débordées, c’est Donovan Léon qui met un terme de main de maître aux ambitions lorraines. C’est en coupe de France que l’on à davantage l’occasion d’apprécier les apparitions du gardien guyanais. Ce soir il est là et le public ne s’y trompe pas, il chante ses louanges ! Si l’homme est de nature réservée, son domaine d’expression est la défense de son collectif. Là, le travail est réalisé sans réserve. « Élégant comme Céladon, Agile comme Scaramouche, Je vous préviens, cher Myrmidon, Qu’à la fin de l’envoi, je touche ! » (Edmond Rostand -1868-1918, Cyrano de Bergerac).

Donovan Léon

Le SB29 peut être heureux de sa soirée. Tout le monde s’accorde sur la nécessité de remporter ces rencontres couperets. Pour le coup, Olivier Dall’Oglio est toujours prêt à indiquer la voie à ses protégés. Si personne ne s’enflamme c’est que le job est loin d’être terminé. La route est encore longue. Cela ne retire en rien le droit de s’assoupir sur ses deux oreilles avec la sensation du devoir accompli. La batterie de l’ordinateur clignote, les mots sont posés et les photos triées. Il est temps d’éteindre les lumières, rembobiner et de se refaire le match. La nuit sera bonne…

Olivier Dall’Oglio et Romain Perraud

Stade Brestois 29
Donovan Léon, Denys Bain, Romain Perraud, Jean-Charles Castelletto, Julien Faussurier, Ibrahima Diallo, Haris Belkebla, Yoann Court, Mathias Autret, Samuel Grandsir, Gaëtan Charbonnier
Julien Fabri, Brendan Chardonnet, Gaëtan Belaud, Christian Battocchio, Paul Bastien Lasne, Irvin Cardona, Alexandre Mendy
Entraîneur : Olivier Dall’Oglio

FC Metz
Alexandre Oukidja, Thomas Delaine, Fabien Centonze, John Boye, Kévin N’Doram, Mamadou Fofana, Marvin Gakpa, Digbo Maiga, Renaud Cohade, Opa N’Guette, Habib Diallo
Paul Delecroix, Stoppila, Manuel Cabbit, Adama Traoré, Ibrahima Niane, Thierry Ambroise, Farid Boulaya
Entraîneur : Vincent Hognon

Arbitre : Antony Gautier assisté de Mickaël Annonier, Christophe Mouysset
Arbitre remplaçant : Ahmed Taleb

Il y a 40 ans :
Mardi 6 mai 1980, stade de l’Armoricaine, 5.439 spectateurs (source : http://www.mondedufoot.fr)

Stade Brestois – FC Metz 1-3

Buts : Patrick Moretto 7, Drago Vabec 43, Philippe Hinschberger 48, Cheik Fantamady Diallo 54.

Stade Brestois
Daniel Bernard, Jocelyn Rico, Yvon Le Roux, Raymond Keruzoré, Lionel Justier, Michel Corre, Guy Boutier, Drago Vabec, Willem Letemahulu, Louis Floch (68), Serge Lenoir (62)
Remplaçants : Richard Honorine (68), André Pennec (62)
Entraîneur: Alain de Martigny

FC Metz
André Rey, François Zdun, Patrice Loiseau, Ángel Bargas, Fathi Chebel, Patrick Battiston, Patrick Moretto, Vincent Bracigliano (83), Christian Synaeghel, Philippe Hinschberger, Cheik Fantamady Diallo (68)
Remplaçants : Bruno Zaremba (68), Marco Morgante (83)
Entraîneur: Henryk Kasperczak

Arbitre : Achille Verbecke

Catégories : Sport

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *