Scorpions

le

Inutile d’imaginer que je suis tombé dedans lorsque j’étais gamin ! C’est presque par hasard que je m’initie à la musique du groupe allemand. Amin, un copain du pensionnat du Château des Vaux, près de Chartres, possède un trente-trois tours et un tourne-disque, cela s’appelait ainsi à l’époque ! J’avais dans ce passé reculé quatorze ou quinze ans … Deux fois vingt ans plus tard, je suis toujours sous le charme ! J’allais oublier, l’album composant le vinyle est « In Trance » de Scorpions. J’étais tout d’abord fasciné par la pochette, puis par la chanson éponyme de l’album. Ensuite, tout s’enchaîne, dès que j’ai trois francs six sous, j’achète une cassette !

Klaus Meine

Je suis fan, ben oui ! Je ne suis pas adulateur ! La formation que j’ai découverte avec l’album de 1975 diffère un peu de celle de 2018. J’aurais aimé assister à un concert avec Ulrich Roth, certainement un des meilleurs guitaristes des seventies. Les événements en ont décidé autrement, je n’en suis pas nostalgique et l’album « Lovedrive » est la preuve que le départ d’Ulrich n’enlève en rien à la magie des germaniques. Les années passent, les mélodies sont toujours présentes, Rudolf Schenker (membre fondateur avec Karl-Heinz Vollmer, Wolfgang Dziony et Joachim Kirchhoff) est toujours une pile électrique et la voix de Klaus Meine toujours aussi limpide !

Mikkey Dee

Lorsque Scorpions annonce sa tournée « Crazy World Tour », instinctivement, je regarde les dates en France et Grande-Bretagne, voire Espagne et Allemagne ! Ce sera Nantes et Rennes ! La magie Scorpions opère toujours ! Le syndrome en est à sa troisième génération de fans ! Tous reprennent en chœur l’hymne à la Liberté, « Wind of Change » écrite par Klaus Meine en 1990 pour l’album « Crazy World ». L’émotion ressentie est forte à cette période du concert. Elle atteint son apogée lorsque le public entame à cappella l’incontournable « Still Loving You ». Cette émotion est également perceptible chez le chanteur allemand.

Pawel Maciwoda et Rudolph Schenker

Première partie : Vandenberg’s MoonKings

Pawel Maciwoda (basse), Rudolf Schenker (guitare), Klaus Meine (chant), Matthias Jabs (guitare), Mikkey Dee (batterie)
1974 : Ulrich Roth, Francis Buchholz, Klaus Meine, Jürgen Rosenthal, Rudolf Schenker
1979 : Francis Buchholz, Herman Rarebell, Klaus Meine, Matthias Jabs, Rudolf Schenker

Discographie du concert :
Intro, Crazy World, 1990
Going out with a Band, Return to Forever, 2015
Make It Real, Animal Magnetism, 1980
Is There Anybody There ?, Lovedrive, 1979
The Zoo, Animal Magnetism, 1980
Coast to Coast, Lovedrive, 1979
70’s Medley, (Top of the Bill, Steamrock Fever, Speedy’s Coming, Cath your Train)
We Built This House, Return to Forever, 2015
Delicate Dance, Live in Athen, 2013
Acoustic Medley (Folow your heart, Eye of the Storm, Send me an Angel)
Wind of Change, Crazy World, 1990
Tease ma, Please me, Crazy World, 1990
Overkill, Savage Amusement, 1988
Drumsolo Mikkey Dee
Blackout, Blackout, 1982
Big City Nights, Love at First Sting, 1984
Still Loving You, Love at First Sting, 1984
Rock You Like Hurricane, Love at First Sting, 1984

Matthias Jabs

Wind of Change
Le Vent du Changement

I follow the Moskva
Je longe la Moskova
Down to Gorky Park
En direction du parc Gorky
Listening to the wind of change
Tout en écoutant le vent du changement
An August summer night
Une nuit d’été d’août
Soldiers passing by
Des soldats défilent
Listening to the wind of change
Tout en écoutant le vent du changement

The world is closing in
Le monde est sur le point de se renfermer
Did you ever think
As-tu déjà songé
That we could be so close, like brothers
Que nous pouvions être proches à ce point, tels des frères
The future’s in the air
Le futur est dans l’air
I can feel it everywhere
Je peux le ressentir en tout lieu
Blowing with the wind of change
Soufflant avec le vent du changement

(Refrain 1)
Take me to the magic of the moment
Abandonne-moi dans la magie du moment
On a glory night
Par une nuit glorieuse
Where the children of tomorrow dream away
Durant laquelle les enfants de demain se perdent en rêves
In the wind of change
Dans le vent du changement

Walking down the street
Marcher dans la rue
Distant memories
Les souvenirs lointains
Are buried in the past forever
Sont enterrés dans le passé pour l’éternité
I follow the Moskva
Down to Gorky Park
Listening to the wind of change

(Refrain 2)
Take me to the magic of the moment
On a glory night
Where the children of tomorrow share their dreams
Durant laquelle les enfants de demain partagent leurs rêves
With you and me
Avec toi et avec moi

(Refrain 1)
The wind of change
Le vent du changement
Blows straight into the face of time
Souffle droit dans le visage du temps
Like a storm wind that will ring the freedom bell
Tel une tornade qui sonnera les cloches de la liberté
For peace of mind
Pour la sérénité de l’esprit
Let your balalaika sing
Laisse ta balalaïka chanter
What my guitar wants to say
Ce que ma guitare veut exprimer
Paroles et traduction : Cf. lacoccinelle.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *