Camille

le

Camille la touche à tout n’a jamais distendu le fil du succès. Sa voix est son instrument de prédilection. Si elle débarque à Brest, c’est sans bémol qu’elle dit OUÏ à un parterre de passionnés. Elle détient la clé à portée de qui veut prendre le soin de donner le la à son cinquième album. Il y a de la malice chez Camille.

La parisienne se joue des mots, des rimes et des notes. “ Dans OUÏ, il y a tout : la rondeur du O, l’ouverture du U et la droiture du Ï ”. Elle entend, écoute, perçoit, ressent, vit, dit, chante les mots pour inhiber les maux. Le virage, elle le vit avec la rage du démon dans l’enveloppe d’un ange.

L’artiste « Ne mâche pas ses mots » elle sonne le glas du désespoir. Elle « souhaitait faire un album protestataire, dire non et elle se retrouve à dire OUÏ » . Offrir une once d’espoir, s’élever, « deux points levés vers le ciel » comme pour conjurer l’inextricable, l’inexplicable…

Participer à son spectacle, car ici on ne fait pas qu’y assister, c’est entrer dans le monde merveilleux de Camille. Un monde empreint de poésie où la « Fille à papa » troque sa robe couleur ciel pour une toge aux couleurs de la paix et de la virginité. Sur scène, il y a un piano, des percussions, des chœurs et une voix limpide et forte, enveloppée de chaleur. Merci Madame.

La Carène, Brest le 30 novembre 2017
Organisation Quai Ouest Musiques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *